Se remettre en mouvement après le confinement

Nous voici à l’issue du confinement.

Privés de la liberté de nous déplacer à notre guise, nous avons tous dû revoir notre rapport au mouvement. Pendant un confinement, bouger est un enjeu à part entière. 

Certains d’entre nous en ont profité pour pratiquer une activité physique chaque jour (ou presque). Que ce soit en suivant des séances de yoga ou pilates en visioconférence, en jouant avec les enfants ou encore faisant de la course à pied et des balades quotidiennement une heure par jour.

D’autres ont eu plus de mal par manque d’espace, par manque de temps, par manque d’envie… Et à l’issue du confinement, la liberté (presque) retrouvée les pousse peut-être aujourd’hui à bouger plus. Retrouver le plaisir de marcher, de courir, de faire du vélo… sortir, se mouvoir et s’en délecter.

Bouger pour se sentir bien dans son corps et dans sa tête

Pour nous, les mammifères, l’activité physique (sans même parler de sport) est un facteur essentiel à notre bien-être physique et psychique. Le manque de mouvement peut être à l’origine d’un mauvais sommeil, de troubles de l’attention ou encore de douleurs. Durant le confinement de nombreux télétravailleurs se sont d’ailleurs plaint de ces maux.

 

Pratiquer une activité́ physique au sens large comprend tous les mouvements effectués dans la vie quotidienne : marcher, faire ses courses, faire le ménage, pédaler, bricoler, jardiner...

Effectuer au moins 20min de ces mouvements chaque jour réduit l’impact du stress en libérant l’énergie refoulée, soulage les tensions, améliore le sommeil et régule notre horloge biologique. D’un point de vue émotionnel, elle contribue à diminuer l’anxiété et augmente l’estime de soi. Et d’un point de vue mental, cela nous aide à structurer nos idées, à améliorer la concentration et la mémoire.

Il a même été démontré que démarrer sa journée par une activité modérée (1h de jogging/semaine) améliore la productivité de 6%. De plus, pratiquer une activité physique pendant 30 min/jour minimum induit une productivité supérieure de 12% chez les personnes sédentaires[1]. Cette étude peut donc être une explication à cette impression de manque d’efficacité ressentie par certains d’entre nous durant le confinement. 

Le plaisir de bouger au travail

Les « gestes barrières » nous poussent à penser notre vie autrement, notamment en évitant les rapprochements physiques. C’est peut-être une belle opportunité pour bouger davantage ou pour garder ses nouvelles bonnes habitudes acquises ces dernières semaines.

Quelques idées pour concilier mouvement et gestes barrières :

  • Déplacez-vous en vélo (une aide de l’état est accordée pour s’équiper ou faire réparer son vélo… c’est le moment d’en profiter) ou à pied.
  • Plutôt que des réunions assises dans de petites pièces, pratiquez les « stand-up meetings » (réunions debout) dans des espaces plus grands. Ces réunions sont plus efficaces et durent moins longtemps.
  • (Télé)travailler debout ou sur un ballon (en équilibre instable sur un ballon - de type ballon d’accouchement- vous gainez vos muscles profonds et vous travaillez votre équilibre).
  • Prenez les escaliers autant que possible plutôt que l’ascenseur pour vous déplacer entre les étages.
  • Passez vos appels téléphoniques debout et parlez en marchant.

Bouger est essentiel à notre bien-être. Nous avons pu expérimenter durant le confinement à quel point le manque de mouvement peut nous faire défaut.

Gardons en mémoire cette expérience et renouons avec le plaisir de bouger chaque jour pour nous sentir en forme et serein au quotidien.

 

Pour trouver encore plus d’outils pour être sereine et en forme après le confinement (mais pas que!), découvrez le livre Zen et en forme de la collection My Happy Job (Editions Vuibet) disponible en librairie ou en ligne

 

 

 

[1] Enquête réalisée par le cabinet Goodwill Management en septembre 2015

 

Close

50% Complete

Deux étapes

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua.